L’orgue de la Prieurale de Cunault commandé en 1972 a été réceptionné en 1977. C’est grâce à l’intervention de Georges Pompidou, ancien Président de la République, de passage à Cunault le 28 aout 1968, que la construction de cet instrument a pu être réalisée, malgré l’avis négatif des Beaux-Arts.

En dépit de l’exiguïté de la surface (inférieure à la  moitié de celle normalement requise pour la construction d’un orgue de cette importance) le facteur Boisseau réalisa l’exploit de construire un instrument de transmission mécanique de 37 jeux, soit 3074 tuyaux, répartis sur quatre claviers et un pédalier.

C’est le deuxième orgue du Maine et Loire après celui de la Cathédrale d’Angers

Très apprécié des organistes, l’orgue de la Prieurale de Cunault  se prête à un répertoire très large. Dans un souci de mettre en valeur de jeunes organistes, l’association des Amis de Notre Dame de Cunault, créée en 1972, lance en 1996 le Mai de l’Orgue. Chaque dimanche de mai, un récital dont l’entrée est gratuite, est donné par un jeune organiste au talent prometteur, issu d’un conservatoire  national de région ou des conservatoires nationaux de Paris ou de Lyon.

Ce joyau de plein pied permet de suivre le jeu de l’organiste et cette proximité crée une communion intense entre l’artiste et son public.  Honoré de Balzac  définissait ainsi cet instrument :

« L’orgue est un orchestre en entier, auquel une main habile peut tout demander ».

Le Facteur d’Orgue BOISSEAU, l’un des plus grands de France, compte parmi ses réalisations:

  • Le grand orgue de la Cathédrale Sainte Reparate de Nice  –  Le grand orgue de la Cathédrale de Monaco
  • Le grand orgue de la Cathédrale Notre Dame de Paris  –  L’orgue de la Chapelle Royale de Versailles